Instruments de musique dans l’Israël antique

DANS l’Israël antique, la musique faisait partie intégrante de la culture. Trompettes et cors invitaient au culte et signalaient les événements importants. Harpes et lyres apaisaient les têtes couronnées (1 Samuel 16:14-23). Tambours, sistres et cymbales étaient indissociables des événements joyeux. — 2 Samuel 6:5 ; 1 Chroniques 13:8.

La Bible parle de Youbal, un descendant de Caïn, comme de l’“ ancêtre de tous ceux qui manient la harpe et le chalumeau ”. (Genèse 4:21.) C’est probablement l’inventeur des instruments et à cordes et à vent.

Si les Écritures contiennent de nombreux récits où la musique est présente, elles ne sont pas très loquaces sur les instruments eux-mêmes. Toutefois, des découvertes archéologiques et des écrits anciens ont permis de se faire une idée de l’aspect de ces instruments d’autrefois et du son qu’ils produisaient. Certaines conclusions sont hasardeuses, mais intéressons-nous à quelques exemples solidement documentés.

Tambourins, sistres et cymbales

Après que Dieu a miraculeusement mené Moïse et les Israélites de l’autre côté de la mer Rouge, Miriam, la sœur de Moïse, accompagnée de “ toutes les femmes ”, est sortie “ avec tambourins et danses ”. (Exode 15:20.) Bien qu’aucun tambourin ressemblant à ceux que nous connaissons aujourd’hui n’ait été mis au jour, d’anciennes figurines en céramique de femmes maniant des petits tambours ont été retrouvées en Israël dans des villes comme Akzib, Meguiddo et Beth-Shéân. Cet instrument, souvent appelé “ tambourin ” dans les traductions de la Bible, consistait probablement en une simple peau animale tendue sur un cadre en bois.

À l’époque patriarcale, les femmes jouaient du tambourin lors de réjouissances, aux côtés de chanteurs et de danseurs. La Bible explique que, lorsque le chef israélite Yiphtah est rentré chez lui après avoir gagné une bataille décisive, sa fille a couru à sa rencontre “ jouant du tambourin et dansant ”. En une circonstance, des femmes ont salué les exploits de David “ avec chant et danses ” et “ avec des tambourins ”. — Juges 11:34 ; 1 Samuel 18:6, 7.

Quand, une fois roi, David a apporté l’arche de l’alliance à Jérusalem, les Juifs “ fêtaient l’événement devant Jéhovah avec toutes sortes d’instruments en bois de genévrier, avec des harpes, des instruments à cordes et des tambourins, des sistres et des cymbales ”. (2 Samuel 6:5.) Plus tard, le temple de Jérusalem a possédé son propre orchestre doté de musiciens habiles : cymbaliers, trompettistes ainsi qu’harpistes et autres joueurs d’instruments à cordes.

Évoquons à présent le sistre. C’était, semble-t-il, une sorte de hochet constitué d’un petit cadre ovale et d’un manche. Secoué, il produisait un cliquetis. Le terme n’apparaît qu’une fois dans les Écritures, lors de l’épisode du transport de l’Arche à Jérusalem. Cependant, la tradition juive affirme qu’on en jouait aussi lors d’événements tristes.

Que dire des cymbales ? Peut-être pensez-vous à de grands disques métalliques que l’on entrechoque. Dans l’Israël antique toutefois, elles ne mesuraient qu’une dizaine de centimètres de diamètre. Elles ressemblaient à des castagnettes et produisaient un tintement aigu.

Harpe et autres instruments à cordes

Le kinnôr, appelé le plus souvent “ harpe ” ou “ lyre ”, était un instrument courant. David en jouait au roi Saül pour le calmer (1 Samuel 16:16, 23). Les spécialistes disposent d’au moins 30 représentations de lyres provenant de murs de pierre, de pièces de monnaie, de mosaïques et de sceaux. L’instrument a changé de forme au fil des siècles. Le lyriste le tenait dans ses bras et, de ses doigts ou à l’aide d’un plectre, pinçait ou grattait les cordes.

Le nèvèl était semblable au kinnôr. Mais quelle taille faisait-il ? Combien de cordes avait-il ? Ses cordes étaient-elles grattées ou pincées ? On l’ignore. La plupart des spécialistes sont néanmoins d’avis que, comme le kinnôr, c’était un instrument portatif.

Trompettes et cors

Dieu avait ordonné à Moïse de fabriquer deux trompettes en argent martelé (Nombres 10:2). Les prêtres en sonnaient pour annoncer diverses fêtes et nombre d’événements liés au temple. Le son émis pouvait être bref, prolongé et puissant, ou autre, en fonction du but recherché. À quoi ressemblaient ces trompettes ? Difficile à dire, car aucune datant de l’époque biblique n’a été découverte. Nous ne disposons que de représentations artistiques, comme celle qui figure sur le bas-relief de l’Arc de Titus, à Rome.

Le cor, ou shôphar, est cité plus de 70 fois dans les Écritures hébraïques. On le fabriquait avec une corne de bouc ou de bélier. D’après des sources juives, il pouvait avoir deux formes : droite avec une embouchure en or, ou incurvée et décorée d’argent. On s’en servait souvent pour émettre des signaux, car il pouvait produire un son grave d’une grande portée de deux ou trois tons.

Le cor signalait certains événements religieux tels que le début et la fin du sabbat. Mais il avait d’autres emplois, notamment en temps de guerre. Imaginez le hurlement terrifiant des 300 cors qui a déchiré la nuit juste avant que l’armée de Guidéôn n’attaque les Madianites par surprise. — Juges 7:15-22.

Toute une gamme d’instruments

À l’époque biblique, on utilisait également luths, cloches et flûtes. Dans ses écrits, Daniel, prophète de Jéhovah en exil à Babylone, a fait mention de l’orchestre du roi Neboukadnetsar. Il évoque la cithare, le chalumeau et la cornemuse. — Daniel 3:5, 7.

Cet aperçu d’une poignée d’instruments dont parlent les Écritures confirme que la musique faisait partie du quotidien des Israélites et probablement d’autres civilisations anciennes. Des mélodies s’échappaient de la cour royale et des lieux de culte, mais aussi des villages et des maisons.

[Illustration, page 15]

Le sistre se secouait comme un hochet.

[Illustration, page 15]

Le roi David était un virtuose de la harpe.

[Illustration, page 15]

On joue du tambourin depuis le temps des patriarches.

[Illustration, page 15]

La trompette annonçait de nombreux événements.

[Illustration, page 16]

Figurine d’une femme maniant un instrument à percussion (VIIIe siècle avant notre ère).

[Illustration, page 16]

Pièce de monnaie représentant un instrument à cordes (IIe siècle de notre ère).

[Illustration, page 16]

Sur cette pierre datant du Ier siècle avant notre ère et provenant du mur d’enceinte du temple de Jérusalem figure l’inscription “ Vers l’aire de sonnerie de trompettes ”.

[Crédits photographiques, page 16]

Figurine en céramique : Z. Radovan/BPL/Lebrecht ; pièce de monnaie : © 2007 by David Hendin. Tous droits réservés ; pierre du temple : Photograph © Israel Museum, Jerusalem ; avec l’aimable autorisation de l’Israel Antiquities Authority